Newsletter

PayPal Spende

Qu'est ZGAP?

L’Association Zoologique pour la Protection des Espèces et Populations

La ZGAP et ses objetifs

Prinz-Alfred-Hirsch-Rusa-aL’objectif principal de la ZGAP est la préservation d’espèces d’animaux menacées peu connues et la protection de leurs habitats. Bien que les amateurs de la nature dans le monde entier soient informés de la mise en danger du gorille des montagnes, du grand panda et de l’ours blanc, il y a des milliers d’espèces qui sont proches de l’extinction et dont les noms ne sont guère connus même des experts.
Dans un passé récent, de nombreuses espèces, en partie grandes, ont été éliminées, un fait largement négligé par le public, simplement par manque d’information ou par manque d’attention.
Bientôt après la fondation de notre association, et sur notre initiative, des projets exemplaires de protection, avec participation internationale, la ZGAP lançait et cofinançait, entre autres :
> Le programme pour la préservation du le cerf du Prince Alfred (Rusa alfredi) aux Philippines,
> La création d’un centre d’accueil pour des primates illégalement tenus, confisqués au Vietnam (EPCR), ou
> Le projet des protection du le lièvre des Bochimans (Bunolagus monticularis) en Afrique du Sud.
Ceci n’est qu’une petite sélection parmi un nombre important de projets lancés par la ZGAP ou poursuivis encore à  ce jour. Le Fonds de Perroquets Menacés, issu du comité « protection des perroquets » ainsi que la Fondation Perroquets Strunden supportent des mesures de protection pour des espèces comme  le cacatoès à huppe orange (Cacatua sulphurea citrinocristata), le cacatoès blanc (Cacatua alba), le cacatoès des Philippines (Cacatua haematuropygia), l'ara militaire (Ara militaris), la conure à poitrine grise (Pyrrhura griseipectus) et autres.

Parmi  les principes essentiels de notre association se trouve l’inclusion, dès le début, de personnel local qualifié, et leur préparation à la gestion auto-responsable des projets. Au-delà d’une réalisation à coût économique de projets de protection d’espèces, on donne ainsi  la chance à de jeunes motivés, de contribuer concrètement à la  protection des espèces et des biotopes de leurs pays.  De cette façon,  des combattants experts garantiront, aussi dans l’avenir et sur place, la gestion durable des projets.
Dès le début, le support et la surveillance de ces activités ont été bénévoles, ainsi que la rédaction et l’édition de notre magasin semestriel réputé «ZGAP Mitteilungen».
Des membres de la direction, du conseil et d’autres membres de l’association ont été élus dans plusieurs comités experts de la Commission pour la Protection des Espèces de l’IUCN ou d’autres commissions expertes dans le domaine de la protection de la nature. C’est ainsi qu’une bonne coordination  des projets de protection de la ZGAP avec ceux des organisations semblables est assurée, ainsi qu’un emploi particulièrement effectif des fonds financiers. Si vous voulez supporter notre travail, cliquez ici.

Sur l'histoire de la ZGAP

L’Association Zoologique pour la Protection des Espèces et Populations (ZGAP) fût fondée à Munich en 1982 par un petit groupe de protecteurs de la  nature engagés, autour du Président à long terme, Roland Wirth.
Le philippin cerf du Prince Alfred (Cervus alfredi) n’était pas connu par la plupart des gens, ni figurait-il sur la « Liste Rouge » des espèces menacées, au moment (1984) où la ZGAP développait un intérêt pour cette espèce. Bien que, comme le témoignaient les  recherches bientôt entreprises, elle se trouvait proche de l’extinction. Cette espèce de cerf était tout simplement, «tombée dans l’oubli». Dès lors, la ZGAP, ensemble avec d’autres experts a travaillé, d’une façon intense, sur un programme de sauvetage pour le P.A.H., supporté par des fonds propres et par l’assistance de  divers zoos  en Europe, Australie et les E.U. En étroite collaboration avec le gouvernement des Philippines, était créé en 1990, un projet d’élevage préservateur pour cette espèce de cerf. Le stock d’élevage est à  présent de 110 bêtes.

Depuis ce projet pilote, plusieurs autres activités du ZGAP ont été développées. Ainsi, elle assistait à l’initiation d’un projet de recherche sur les rats des nuages (Phloeomys spp., Crateromys spp. - grimpeurs d’écorce aux dimensions de chat) qui comptent parmi les rongeurs les plus grands et intéressants du monde.
Les mesures de protection des cerfs, des grimpeurs d’écorce ainsi que des nouvelles activités pour les roussettes (Pteropus spp.), le sanglier des Visayas (Sus cebifrons), le cacatoès des Philippines (Cacatua haematuropygia), les calaos (Penelopides spp., Aceros spp.), les gallicolombes  (Gallicolumba spp.), le grand-duc des Philippines (Bubo philippensis), les hydrosaures  (Hydrosaurus spec.) sont continuées à long terme .
Au Vietnam, la ZGAP entreprît, en étroite coopération avec l’organisation mondiale de la protection de la nature (IUCN), comme première organisation, une enquête sur les  primates menacés. Des projets, d’ envergure limitée au début, visant le sauvetage du le rhinopithèque du Tonkin (Rhinopithecus avunvulus)  dans l’aire de protection Na Hang, et pour le langur à tête grise (Trachypithecus poliocephalus) ont été commencés en 1998 et 2000, pour exécution à long terme.
L’initiative de la ZGAP dans des zones politiquement instables comme la corne de l’Afrique, à savoir d’ enregistrer les stocks de ongulés menacés et de créer ainsi la base pour des conceptions futures de protection a trouvé une reconnaissance internationale. Des observations du Dibatag (Ammodorcas clarkei), une espéce d’antilope endémique dans l’Ogaden (Ethiopie du Sud-Est) et de l’antilope Beira (Dorcatragus megalotis) ont été collectionnées dans des enquêtes diverses  à partir de 1997. Des mesures visant la protection des derniers bubales de Swayne (Alcelaphus buselaphus swaynei), retirés dans un aire en Ethiopie centrale de quelques km²  seulement, sont en cours d’élaboration
En coopération avec le zoo toutes saisons  de Munster, la ZGAP a  créé, en 2003, le « Centre International pour la Protection des Tortues », une station pour l’élevage visant la préservation d’espèces de tortues asiatiques, sévèrement menacées. Si vous voulez supporter notre travail, cliquez ici.